Créer l’environnement

Maintenant que tu as une idée de base, que tu sais si tu vas écrire un roman en un tome ou une saga et à qui tu vas t’adresser, tu vas pouvoir enfin créer l’univers imaginaire nécessaire à ton histoire.

 

Même si ton histoire est réaliste, la création de l’environnement est nécessaire, ne serait-ce que pour respecter l’époque et la culture dans laquelle elle se situe.

L’environnement ou, si tu préfères, l’univers dans lequel tes personnages vont évoluer est PRIMORDIAL. C’est un élément essentiel à la profondeur de ton roman. Pense à Harry Potter ou Les Royaumes du Nord ou, à la télévision, à Star Trek. Ce qui les différencie des autres est un univers complexe et cohérent.

Je te conseille fortement de créer l’environnement AVANT de créer tes personnages et non l’inverse. Car ceux-ci dépendront du monde créé.

1 – L’écosystème

L’écosystème, c’est le milieu dans lequel vit des organismes vivants. Je distinguerai les écosystèmes de notre planète et ceux d’autres planètes (pour une histoire de science-fiction).

 

 1.1. Créer une autre planète

Tu ne peux pas tout simplement dire que l’histoire se déroule sur une autre planète « étrange », il te faut la créer. Tu peux choisir de faire des planètes assez simples avec des dominances. Telle planète est plutôt désertique ou de glace, etc. (stratégie pleinement employée dans les Star Wars). Mais, tu peux aussi aller plus loin en créant un monde complexe. Voici, pour t’aider, des éléments à prendre en compte :

  • Végétation : plantes, fruits et végétaux, champignons, arbres
  • Elémentaux et minéraux : feu et électricité (vapeur, lave, etc.), liquide (cycle de l’eau ou autres), métaux et minerais, astres et atmosphères (plusieurs lunes, etc.), relief
  • Animaux : vie marine, insectes, mammifères, reptiles, oiseaux
  • Technologie : transport, architecture, outils, machines

Cette liste est issue d’un livre que je te recommande de te procurer si tu veux aller plus loin (livre en anglais, mais illustré) : Fantasy Genesis – A creativity Game for Fantasy Artists de Chuck Lukacs.

 

 

1.2. Partir des écosystèmes de notre planète

Dans la plupart des cas, tu vas sans doute partir d’écosystèmes déjà existants sur notre planète. Fais alors des recherches poussées sur ceux-ci et étudient aussi comment les saisons, le jour et la nuit, le relief, etc. font varier tes écosystèmes.  Il se peut aussi que les civilisations en place les aient radicalement transformés (mais nous verrons cela plutôt dans l’article sur les cultures).

Ne te fie pas seulement à ce que tu connais ou penses connaitre. Cela t’évitera non seulement de faire des erreurs, mais de proposer un environnement beaucoup plus riche.

Le tome 4 des Anthropos se passe en Afrique. Alors oui, il y aura de la savane, c’est incontournable, mais je proposerai aussi d’autres écosystèmes comme les jungles et les alentours des fleuves. En effet, quand on pense à l’Afrique, on a davantage l’image du Roi Lion en tête que celle de Tarzan, pourtant ces deux écosystèmes sont assez proches, géographiquement, l’un de l’autre.

De plus, il y a une saison sèche et une saison des pluies en Afrique. Vue que mes héros y restent environ un an, ils vivront forcément les deux. Comment l’environnement s’en verra transformé ? Les saisons ont, en effet, un grand impact sur l’environnement et doivent être prises en compte (rarr, les histoires québécoises qui ne se passent qu’en été alors qu’on a quasi 6 mois de neige par année…)

 

Créer l'environnement

 

1.3. Faire des recherches

Ces informations ne peuvent être acquises que par la recherche. Oui, il te faudra sans doute emprunter quelques livres et passer des heures sur internet, voire même étudier des cartes. S’il y a une montagne sur l’itinéraire de tes personnages, vas-tu la supprimer pour vous éviter des problèmes ou réfléchir comment tes personnages pourraient la franchir ?

Pense également à regarder des documentaires vidéos (Youtube est assez riche pour cela), car contrairement aux livres, les vidéos t’offriront aussi les couleurs, les sons, une ambiance que tu pourras ensuite retranscrire dans tes livres.

Finalement, une autre option est aussi, si tu en as la possibilité, d’interroger des personnes vivant dans l’écosystème souhaité. Il suffit de faire une pub Facebook et d’indiquer que tu veux parler avec quelqu’un du Congo (par exemple) pendant une heure (par webcam) contre 20 euros, puis de booster ta publication dans le pays Congo et uniquement chez les personnes parlant français. Si tu utilises cette stratégie, pense à bien sélectionner tes candidats et prépare d’avance ton schéma d’entrevue.

De la même manière, tu peux choisir de faire appel à des consultants si ton roman est historique ou parle d’une culture en particulier. N’hésitez pas à approcher des professeurs d’université contre leur nom dans tes Remerciements (la réputation est, pour eux, souvent plus importante que la rétribution financière).

 

2 – Les créatures

Si tu veux créer toutes sortes de créatures différentes, ne risques-tu pas de partir dans tous les sens et de perdre ton lecteur ?

Il te faut alors des CATÉGORIES. Un continuum est pour cela très utile. Quésaco ? C’est tout simplement une ligne avec deux extrémités opposées. Par exemple, pour les Anthropos :

Animaux et végétaux normaux —————————————————– Monstres totalement imaginaires

Il suffit ensuite d’ajouter d’autres catégories intermédiaires qui vont de l’un à l’autre.

  1. Animaux et végétaux normaux
  2. Légèrement modifiés : plus gros, plus dangereux, plus intelligents
  3. Modifiés : des hybrides composés d’animaux et végétaux déjà existants
  4. Monstres inspirés du réel : créatures issues de la mythologie, des légendes, croyances populaires ou histoires populaires (dragons, sirènes, etc.) mais avec des modifications originales
  5. Monstres imaginaires : hybrides inattendus ou créatures complètement créées de toutes pièces

 

Pour ne pas perdre le lecteur, je te conseille de partir de ce qu’il connait pour ensuite l’amener de plus en plus vers l’imaginaire. Ainsi les créatures 1 à 3 sont présentées dans les tomes 1 à 3 des Anthropos, les tomes 4 et 5 montrent davantage de monstres ou des créatures déjà connues (traitées de manière originale). Les monstres imaginaires, quant-à eux, seront plus présents dans les tomes 6 à 8.

Cela a pour effet, également, de rendre l’univers de plus en plus intéressant pour le lecteur, de toujours lui proposer quelque chose d’une coche au-dessus. 

Créer l'environnement
Créer l'environnement
Créer l'environnement

 

3 – Rester cohérent

Enfin, sois surtout cohérent dans tes écosystèmes. Ne crée pas, par exemple, de créature qui ne pourrait pas survivre à son environnement immédiat. Pense, au contraire, qu’elle s’est adaptée à celui-ci.

Le premier hybride vu dans les Anthropos est une écurette. Elle vit dans les arbres, dans les pins de la forêt boréale du Canada.

Elle vit dans les sapins, elle est donc verte (pour s’y camoufler plus facilement), son poil peut s’hérisser (pour imiter les aiguilles de pin). Il faut aussi qu’elle puisse passer d’un arbre à l’autre donc des caractéristiques d’écureuil et même d’écureuil volant seront parfaites. Elle doit pouvoir éloigner les prédateurs, donc sa queue (vu qu’elle est déjà verte) pourrait faire penser à un serpent. Concernant le moyen qu’elle utiliserait pour se battre… Hum… Elle plane donc… Pourquoi ne pas lui donner la capacité d’émettre une odeur insoutenable comme les moufettes : ce serait à la fois efficace et amusant ? Voilà la créature est prête. 😊

Créer l'environnement
Créer l'environnement
Créer l'environnement
Créer l'environnement

 

L’univers de ton livre dépendra beaucoup de l’environnement créé, mais aussi des civilisations présentes, c’est pourquoi nous traiterons de ce sujet dans le prochain article.

 

Et toi quel type d’environnement vas-tu créer ? Une autre planète ? Un écosystème déjà connu? Parle-m’en dans les commentaires.