Cibler ses lecteurs

Tu as une idée originale pour ton histoire, tu sais si tu vas t’orienter vers une saga ou un roman, tu sais quel est le message que tu veux véhiculer ? Il est temps pour toi, maintenant, de bien cibler tes lecteurs.

Si tu veux atteindre tes lecteurs, il faut bien les connaitre. Ton écriture devra s’adapter à leur âge, sexe, lieu et goûts.

1 – Age

Il est évident que l’on n’écrit pas de la même manière pour un enfant que pour un adulte, mais au-delà de la simplicité du texte et de la censure, il faut aussi adapter sa police selon son public.

Enfant : police très grosse (14-16), simple à lire (sans shérif), texte aéré

Adolescents : police moyenne (12)

Adultes : police normale, voire même plus petite (10 à 12)

Personnes âgées : police grosse pour les problèmes de vue (c’est ce qu’on appelle en « large vision ») (14-16)

 

En général, quelque soit l’âge, de larges marges, un texte aéré et une police plus grosse sont plus agréables. Alors pourquoi est-ce souvent écrit tout petit et tout serré dans les romans ? Tout simplement parce que plus on écrit gros, plus cela va augmenter le nombre de pages du livre et donc le prix de l’impression (augmentant le prix de vente ou diminuant la marge de ton profit).

Personnellement, pour Anthropos, je suis allée voir des adolescentes pour leur demander la taille de livres et de police qu’elles préféraient.

 

Suivant l’âge, tu choisiras aussi plutôt d’écrire un roman ou une saga, voir mon article sur le sujet pour plus de détails.

 

Voici, comme exemple, une page de mon roman (en développement) pour les 7-11 ans :

 

2 – Le sexe

Alors tu vas trouver cela très stéréotypé, mais, en général, les femmes préfèrent des histoires axées sur les relations entre les personnages et les hommes sur l’action. Si tu vises la mixité, essaye de trouver un équilibre entre les deux.

Chez les adolescentes, en particulier, les histoires d’amour sont très appréciées.

Chez les enfants, l’humour doit être particulièrement présent.

 

3 – Le lieu

Vises-tu juste ton pays d’origine ou toute la francophonie ? Je suis une Française qui vit au Québec alors je connais assez bien ces deux réalités pour m’en servir d’exemple. Au Québec, nous mettons des accents sur les majuscules, mais pas en France. En France, lorsqu’on écrit en attaché (cursif), par exemple pour un livre pour enfants, les majuscules sont aussi en cursives alors que ce n’est pas le cas au Québec. Et cela, c’est juste pour la police, imagine les différences de langage : week-end (France) /fin de semaine (Québec), de rien (après un merci, en France) /bienvenue (au Québec), etc.

Ce blog t’enligne vers des romans que l’on vendra dans toute la francophonie alors je te recommande de viser une écriture française de France (plus compréhensible par tous et c’est là que tu trouveras le plus de lecteurs).

 

4 – Les goûts

Si tu veux aller plus loin que l’âge, le sexe ou le lieu, te peux te choisir une niche plus particulière. A quels romans aimerais-tu être associé ? Twilight ? Harry Potter ? Si tu vises un public qui aime un certain type de livres, il te sera plus facile de les atteindre et d’écrire dans un style et un genre qui leur convient.

 

Alors à qui va s’adresser ton livre ?